Les femmes sont de plus en plus nombreuses à créer leur entreprise

La franchise contribue à la mixité dans l'entrepreneuriat

Les chiffres sont formels : en 2016, devenir franchisé ne se conjugue plus seulement au masculin. Les temps changent et les mentalités évoluent. Les créatrices d'entreprises qui envisagent de se lancer en franchise dans le secteur de l'habitat peuvent être tranquilles : elles ne sont pas seules.

Un univers traditionnellement masculin, mais plus pour longtemps

Ne nous le cachons pas, nos sociétés n'ont jamais encouragé les femmes à devenir chefs d'entreprises. Héritage des valeurs religieuses traditionnelles, systèmes éducatifs restrictifs... les générations précédentes ont perpétué l'image de l'entrepreneur masculin. Les femmes patronnes, ou même auto-entrepreneuses, ont toujours fait partie d'une écrasante minorité. Mais les choses changent enfin.

Aujourd'hui, les femmes apprennent à faire taire les doutes que la société instille encore dans leurs esprits. En effet, la peur d'échouer est citée par 45 % des femmes comme le premier obstacle qu'elles rencontrent (source : Centre d'analyse stratégique sur l'entrepreneuriat féminin). Et la volonté de se lancer est là : l'indice Indivest Partners de l'envie d'entreprendre révèle que si 34 % des hommes déclarent vouloir se lancer, c'est aussi le cas pour 31 % des femmes. Dans le même baromètre, on apprend que 72 % des personnes interrogées estiment que la part de femmes qui créent des sociétés est appelée à croître dans les vingt prochaines années.

Les femmes se lancent en franchise

D'après l'Insee, la proportion de femmes créatrices d'entreprises individuelles (qui représentent 95 % des entreprises créées en France) est passée de 30 % en 1995 à 40 % en 2015. A la Fédération française de la franchise, on constate la même proportion : qu'il s'agisse d'auto-entreprises ou de PME, les femmes constituent 40 % du nombre des franchisés du pays, et ce depuis déjà plusieurs années.

Les motivations pour devenir sa propre patronne sont nombreuses : la moitié (49 %) des créatrices d'entreprise disent rechercher la liberté et l’indépendance, 42 % souhaitent s’épanouir professionnellement, et 34 % veulent pouvoir gérer leur temps de travail à leur gré. Comme les hommes, finalement.

En ce qui concerne les secteurs de prédilection des entrepreneures, les chosent changent là aussi. Il existe bien entendu des marchés où les femmes sont plus nombreuses, comme la beauté, le prêt-à-porter pour enfants et les services à la personne. Mais de plus en plus de femmes se lancent dans des secteurs traditionnellement masculins… et réussissent. Dans l'habitat, un secteur dominé par l'artisanat, les hommes sont encore majoritaires, mais cela est amené à changer avec l'entrée en lice des concepts basés sur le numérique.

En effet, pour deux tiers (66 %) des personnes interrogées par Indivest Partners, les femmes profiteront de nouvelles opportunités d'entreprendre grâce au digital. Les nouvelles technologies de l'information ont baissé la barrière à l'entrée de l'entrepreneuriat, et les femmes comptent tout naturellement en profiter. Les exemples de femmes qui réussissent dans le digital sont nombreux : des entreprises comme
Front, Salezo, Leguide.com ou Prestashop ont toutes été créées ou dirigées par des entrepreneures.

Derniers articles de la rubrique